Longtemps craint en cas de sclérose en plaques – par crainte d’accroître la spasticité (contraction involontaire muscles) et la fatigue – le sport revient sur le devant de la scène grâce à plusieurs études sérieuses plaidant en sa faveur. Oui, l’activité sportive est recommandée en cas de sclérose en plaques mais uniquement dans le cas où elle est encadrée. Découvrez en plus sur cette pathologie, les actions préventives à mettre en place et les activités sportives pour agir sur les symptômes de la sclérose en plaques grâce à Stéphane Grégoire, coach sportif expert forme et santé DOMICIL’GYM à Orléans. 

trouver un coach sportif à domicile

Sclérose en plaques : définition et symptômes

Avant toute chose, il est bon de repréciser ce qu’est la sclérose en plaques. Il s’agit d’un dysfonctionnement du système immunitaire qui touche le système nerveux central. Cette maladie auto-immune entraîne des lésions qui provoquent des perturbations motrices, cognitives et sensorielles. A terme, cette pathologie peut entraîner un handicap irréversible. Même si son origine précise semble encore méconnue, l’Inserm affirme que l’environnement et le mode de vie de la personne touchée pourraient avoir un impact sur l’apparition et la progression de la maladie. Ses symptômes sont multiples. Au début de la maladie, des troubles moteurs apparaissent – plus particulièrement des faiblesses et des raideurs musculaires ou spasticité – qui touchent plus particulièrement les membres inférieurs. Ces troubles provoquent généralement des problèmes de coordination des mouvements, d’équilibre, des troubles de la vision, des problèmes neurovasculaires mais aussi parfois d’ordre émotionnels et dépressifs. 

Sport et sclérose en plaques : les effets

Il y a encore quelques années l’on déconseillait aux personnes atteintes de sclérose en plaques de pratiquer une activité sportive . Les raisons ? Une surprotection mêlée à de la crainte et de l’ignorance qui menaient le plus souvent à un isolement social, à un déconditionnement et une détérioration fonctionnelle. Aujourd’hui la pratique sportive est recommandée de par ses multiples effets bénéfiques :  anti inflammatoires, de diminution de la fatigue, de meilleure mémoire et humeur, du maintien ou augmentation de la force, d’amélioration de la puissance cardiomusculaire, d’amélioration des capacités cardiorespiratoires, d’optimisation de l’équilibre, d’amélioration de la qualité de vie et du bien être… 

Les règles à suivre en cas de sclérose en plaques associée à de la reprise ou de la pratique d’activités sportives

  • Bilan médical à réaliser avec un neurologue selon niveau d’atteinte sur l’échelle EDSS (échelle de cotation du handicap)
  • Réalisation de tests en aérobie, musculaires et de souplesse
  • Ne pratiquer aucune séance en cas de poussée, privilégier les moments où vous avez le plus d’énergie
  • Evitez de pratiquer en cas de grosses chaleurs et froid extrême (arrêt de l’activité si vous constatez une hausse trop importante de la température corporelle : phénomène d’uhthoff)
  • Pensez à bien gérer d’éventuels problèmes urinaires avant la séance
  • Ne pratiquez jamais d’activité sportive seul
  • Adaptez les temps de repos si la fatigue est importante
  • Tenue et chaussures adaptées
  • Séances : régulières /progressives (plutôt 3 fois 30 que une fois 1h30) d’intensité modérée, insister sur la capacité aérobie

Quelle séance type pour une personne atteinte de sclérose en plaques ? 

Dans le cas où vous êtes atteint de sclérose en plaques il est impératif de se faire accompagner par votre médecin. Et en matière d’activité physique, il est essentiel de vous concentrer sur 4 capacités à travailler : 

  1. Le travail aérobie. Il se compose idéalement de 10 minutes d’échauffement et de 15 à 30 minutes d’activité sportive modérée (marche, vélo, danse, natation…). Pensez à vous munir d’un cardiofréquencemètre pour veiller à toujours vous situer entre 50 et 70% de votre fréquence cardiaque maximale. L’objectif ici étant d’augmenter progressivement la durée et l’intensité de l’activité sportive. 
  2. Le renforcement musculaire de préférence en poids de corps ou avec peu de charges. L’idée est de se centrer sur les membres inférieurs et de réaliser 1 à 3 séries de 8 à 15 répétitions avec 3 à 4 exercices par série. 
  3. Le travail de l’équilibre et de la posture pour éviter les chutes et les fractures du fémur mais aussi pour veiller à adopter de bonnes positions pendant la pratique grâce à un travail postural. 
  4. Le travail de souplesse et d’étirements. L’idée est de diminuer les tensions et/ou les raideurs musculaires, de maintenir le niveau de mobilité et de flexibilité et d’agir en prévention contre les blessures

Pour conclure, l’activité physique est donc bel et bien bénéfique pour prévenir ou agir sur les symptômes de la sclérose en plaques, diminuer la sensation de fatigue, voire dans certains cas, contribuer à ralentir la progression de la maladie. Il est capital d’être encadré dans la pratique et essentiel d’éviter de pratiquer des sports engendrant un sentiment de risque ainsi que les efforts brefs et intenses. L’idéal est d’être sur un travail en aérobie, dans une pratique sportive encadrée par un expert, adaptée à vos spécificités, et qui vous procure également un sentiment de bien être.   

Stéphane Grégoire, coach sportif expert forme et santé DOMICIL’GYM à Orléans

Vous désirez aller plus loin et être encadré par un expert forme et santé dans l’atteinte de vos objectifs ? Faites appel au coach sportif expert DOMICIL’GYM ® le plus proche de chez vous et bénéficiez de deux séances gratuites sans engagement (en cliquant ici ou sur l’image ci-dessous)

trouver un coach sportif à domicile